Partagez

Une envie se nourrit des rêves de la vie

qui l’invitent au voyage, qui l’emmènent sans bruit

une envie de bonheur avant que passe l’heure

que le printemps ne se lasse, que l’éternité sonne

Une envie d’un décor à l’envers de ce monde

une envie comme une onde porteuse de promesses

arrêtant les colères en suspendant le temps

ne serait-ce qu’une seconde, passant  dans l’ère inverse

Une envie de partage, une idée « hall d’amour »,

quant deux êtres se ressèrent et tremblent d’epectase

avoir encore une fois dans cette aube de doute

la certitude comme foi, la joie comme hermitage

Une envie de tendresse que rien ni âme blesse

une envie si paisible que les corps, sages, acceptent

dans un havre d’émotion où aucune tempête

ne vient troubler leurs sens, mouvantes terres de moisson

Une envie comme une brise sur les plaies qui nous plient

une envie d’un ailleurs, d’un avenir accomplit

A l’aurore de nos pas vers des rides amères

pourra t-on être heureux, à l’envie, à l’envers.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 20 votes