Partagez

Paisiblement, l’instant s’écroule…
Impossible à le contenir,
Puisqu’il n’est plus qu’un souvenir
Qui pas à pas aussi s’écoule…

Mon Dieu que ce tic-tac me soûle
Qui, sans jamais se retenir,
File serein vers l’avenir !
Comment ne pas finir maboule ?

Infernal et crispant manège
Qui s’ouvre sur ce maudit piège,
Pour le pire et pour mon malheur :

Là, c’est un pli qui se dessine,
Ici surgit une douleur.
Ô foutu temps, tu m’assassines !

Jacques Dupé – L’éphémérité du temps…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.67 sur 3 votes