Partagez

Depuis des siècles , des millénaires ,
plus vite que les années lumières ,
depuis la nuit des temps ;
on ne sait vraiment plus que faire ,
ils reviennent toujours en avant .
Sans doute aujourd’hui plus qu’hier ,
rongeant le monde et tous nos frères :
ces cavaliers nous attristent ,
appelés ceux de l’apocalypse .
Il y a d’abord la conquête ,
qui pousse des hommes à devenir grands ;
que l’on peut surnommer la bête ,
car elle n’a pas de sentiments :
elle nous laisse souvent la poussière ,
de la soif du pouvoir et de l’argent .
Ensuite il y a la guerre ,
qui maudit la terre à chaque instant ;
et qui regorge de grandes misères ,
tuant des mères , des pères et des enfants .
Suivie de l’horrible pestilence ,
les maladies , la puanteur et les souffrances :
qui polluent toujours l’atmosphère ,
et laissent dans l’indifférence ,
des meurtriers dans l’univers ,
quand pourrissent des lambeaux de chair .
Il reste alors ,
toujours et encore ,
l’interminable mort .
Faite de chagrins , parfois de remords ,
elle s’attaque à tous les corps :
prenant des vies en plein essor ,
et que jamais nul trésor ,
n’a pu lui payer son pesant d’or .
Alors au nom de qui ,
au nom de quoi ;
y a-t-il encore des gagas ,
qui se font sauter des attentats ,
pour rester sans âme dans le froid ?
Est-ce qu’on peut avoir l’espérance ,
alors que l’homme s’auto-détruit ,
qu’un jour surgisse l’intelligence ,
sous un ciel qui ne fait pas crédit ?

André – Aligatorpoète – Pecquet .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.56 sur 9 votes