Partagez

Elles étaient jumelles,
Elles étaient riches et belles,
Elles flirtaient avec le ciel.

Lentes à s’éveiller
En ce matin d’été,
N’ont pas vu tournoyer
Deux oiseaux égarés.

Ils semblaient nés de la même couvée.
Ils ont perdu leur route, sans doute.
Ils avaient fait un pari fou.

De leurs becs meurtriers,
Les deux monstres d’acier
Ont porté jusqu’aux cœurs
Une mortelle douleur.

Elles ne sont pas tombées.
Elles ont su patienter,
Prendre le temps d’attendre
Que mille vies soient sauvées.

Alors elles ont compris
Que tout était fini,
Se sont agenouillées,
Martelant la poussière comme un dernier défi.

Il a suffi d’un battement d’ailes
Pour que deux belles demoiselles
Puissent faire pleurer le monde entier.
C’était en l’an 2001, sur le sol américain.

Marie-France Lemains Yondo –



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.67 sur 3 votes