Partagez

Les blés d’or,

Souvenirs des étés sous de chaudes lumières,
L’or des blés qui s’étalent et que l’on vient fouler,
Et un ciel rouge sang qui vient se refléter,
Au creux de la rivière que l’on entend chanter.

Pas à pas gravissant des chemins empierrés,
Ils allaient vagabonds emportés par leurs rêves,
Par moment échangeant des baisers passionnnés,
Qui pleins de volupté faisaient rougir leurs lèvres.

La pluie chaude d’orage qui parfois éclatait,
Se collait à leur peau laissant imaginer,
Sous de simples oripeaux leurs formes dessinées,
Grande la tentation et l’envie d’y céder.

De grands éclats de rire, échanges malicieux,
Des instants de délire, du bonheur plein les yeux,
Puis un désir charnel qui peu à peu s’installe
Les blés deviennent lit pour un dessein fatal.

Le ciel décline alors ses couleurs éclatantes
Puis sur la fin du jour ouvre son ciel de lit
Deux formes endormies à l’allure apaisante
Ont clos leur tendre amour aux portes de la nuit.

© Danièle Labranche



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes