Partagez

Sur mes joues dansent des larmes de feu.
Aveuglée par un dense brouillard de cendres,
Mes yeux suffoquent sous le chant affreux
Des flammes intrépides appréciant fendre

Les tissues organiques noyés dans la sueur,
Cachant la vraie nature de mon visage,
Cet amas d’ossements souriant de terreur
Et qui se brisera à travers les âges .

Mes poumons n’ont d’autres nourriture
Que ces nuées noires, enflammées et fières
Qui transforme mon âme en friture.
Pas de repas froid pour le maître de l’enfer !

Dans ce pays jonché de débris humains,
Rôtis et servis parmi milles délices,
Le Mal rit , le Mal se langui , le Mal a faim ,
Et savoure chacun de mes supplices.

Un de mes pieds arraché et l’autre se consumant,
Guidée par le fouet aux extrémités de verre,
Je sautille sur ce chemin de charbons ardents
Et devient le divertissant bouffon de Lucifer .

Les yeux plein de malices , et de son bras puissant,
Il écrase mes yeux contre ces pierres de fumée,
Et d’un souffle doux et frais , tel une brise d’été,
Reteinte ces charbons de braise rouge et de sang .



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 2 votes