Partagez

Combien il est beau le nourrisson,

Dans son berceau lui sourions,

Bientôt il percera sa première dent, 

Sou le regard bienveillant de ses parents.


Son premier deuil est déjà fait,

Du nourrisson au bambin joyeux,

A l’école partage , heureux ses jeux,

Regard malicieux , vocabulaire parfait.


Mais très vite il faudra faire le deuil,

De ce cocon où l’on est bien au chaud,

Pour grandir et franchir le seuil,

De l’adolescence , la vie  et son fardeau.


Demain il fera le deuil de l’insouciance,

Sera artisan ou autre profession,

Connaîtra l’amour et confiance,

A son tour la joie d’avoir un nourrisson.

Mary.  








Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes