Partagez

Assis sur le seuil de ma pensée en mer,

Je regarde la mère triste et amer.

Vidée sans cœur de ses valeurs,

Elle regarde impuissante et triste ses voleurs.

Les pleurs de ses enfants lui arrachent le cœur,

Limitant son beau sourire aux rancœurs.

J’offre mon péché aux déchets sans vies,

Pour acheter un sourire à la mère.

de-toi.jpg

Les rues de la mère jonchées de tristesse,

Racontent à ses enfants ses cris de détresse.

Dans leur regards larmoyants et tristes,

On peut lire ces phrases sombres qui attristent.

Leur futur sans cœur est mis en commerce,

Dans son sol, ses valeurs et ses courses inverses.

Même ses cris sont vendus au bout du feu,

Les contraignant au silence comme des feux.

riche-pauvre.jpg

Le pire fait de toi dans ses rires,

Le sommet confus et confisqué du pire,

Loin de ce lendemain de rêve,

Sans pire en rires où rien ne crève.

Le dessin de mon grand-père sans festin,

N’a pas échappé au  triste festin,

Dans les coffres sombres de la misère,

Où 

Nji Montie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.5 sur 34 votes