Partagez

Les mots roulent
Et s’enroulent
Au fond de ma gorge
Et m’étouffent

Les mots roulent
Et s’enroulent
Au fond de mon corps

Mots d’Amour déchiqueté
Mots de révolte en furie
Et m’égratignent impuissante

Les mots roulent
Et s’enroulent
Au fond de moi

Et me déchirent si petite
Devant l’immense détresse
D’un monde en désespérance

Les mots roulent
Et s’enroulent
Au fond de mon cœur

Et m’étouffent
De voir l’homme tuer encore
Des âmes déjà mortes

Les mots roulent
Et s’enroulent
Et m’épuisent

Les mots les mots
Indicibles dans leur propre rage

Les mots les mots
Ceux qui voudraient jaillir

Et qui s’enveloppent
De leur propre silence

Oh oui Les mots hurlent le silence

Et musèlent féroces
Le cri d’Amour déchiqueté
Le cri de révolte en furie

Les mots roulent
Et s’enroulent
Au creux des mains mendiantes

Et ont pris ce soir
La couleur blême
D’un deuil universel

Et j’étouffe là
Sous les mots qui roulent
Et s’enroulent Au fond de ma gorge

Et j’entends sous mon cri
Le silence s’allonger
A l’infini néant

Oui les mots roulent
Et s’enroulent
Epuisement de leur propre jaillissement

SILENCE….



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.42 sur 19 votes