Partagez

Les pas fatigués

Les pas fatigués

Je les voyais avancer,

Ils sont épaulés

Par une béquille dorée.

Ils portaient un âge avancé,

Ah ! Le cœur de la silhouette

On le sent jeune et engagé,

Car son maître est un homme dévoué.

Là ma muse est touchée,

Par cette scène d’un temps avancé,

 Où la jeunesse adorée

Se soustrait.

L’homme descendait les escaliers,

Je le suivais en pas attentionnés,

Car mes pas ne voulaient le dépasser,

Ah ! La cruauté  de la force relâchée.

Les années retentissent l’énergie désirée,

La jeunesse part précipitée,

Et les pas font appel  à la béquille dévouée,

Faisons-nous attention à nos citoyens âgés et dévoués.

© Fattoum Abidi

28.6.2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 21 votes