Partagez

« Les piliers »

Mes pieds sont fatigués de marcher
Cognant la pierre, pratiquant les sentiers
Sentiers impraticables si je n’étais entier.
Si ce n’était l’entièreté de mes réflexions d’abord
Ensuite tu viens toi qui me lis et m’écoutes
Entière personnalité que beaucoup redoute
Toi corps alité malade de la fatigue
Tes pieds ont trop marché écoute les te parler.
Regarde leurs contours, la peau y a changé.
La peau détendue laisse paraitre des veines
Qui battent le rythme des sujets débattus
Par l’amour et l’ivresse passion de jeunesse
Et puis les doigts de pieds tordus par les grimaces
Restent biscornus…..

Figer c’est rester utile
Pour des doigts qui ont trop cogné
La peau semble parler de ce qui
de l’intérieur constate l’excès ….
Des poches d’eau forment des petit abcès
Qui lorsque ils ont claqué
Laissent couler des larmes
Qui collent à la peau
Comme une chair
Chère paire de souliers.
Une paire de souliers classique
Pour les modes à venir
Et que toi tu as déjà dépassées.
Au lointain tes pieds t’ont porté
Jusqu’à ceux ici qui sont présents
Et qui te verront partir
Porté par d’autre gens
Allant sur d’autres jambes
Comme l’on va au mourir.
Il faut aller de l’avant
Il faut marcher devant
Au bout des chemins, il y a des sentiers
Qui mènent à des cimetières.
Tombe dans l’enfer
Tombe dans le paradis
Et dans les deux cas
Tes pieds ne peuvent y aller
Seuls les actes réfléchis
Peuvent t’y engager
Et si vivre reste un problème
Au poète, les pieds deviennent poème.

« Nordine CHABANE »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 6 votes