Partagez

Ces voix clandestines tout au fond trottinent
Tandis que mes vers fou dessinent
La cadence de ces murmures sourds,
Telles les chansons de mon cœur lourd
Où le diable est un artiste triste,
Pleurant sur ces immondes pistes
De rouge sombre aux saveurs obscures,
Tel un poison d’une beauté froide et pure.

Mes vœux de glaces trompent les flammes
Déchirant les restes purulents de mon âme.
La rage aux dents longues crie au creux de mes yeux
Et puis taille mon cœur devenu pierre de feu.
Mes larmes maudites cachent le visage
Sauvage et hideux de la violence et la rage.
Pourtant, je sais bien qu’il reste encore à tomber
Le châtiment du karma et son fouet.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.33 sur 3 votes