Partagez

L’odeur est un puissant ressort à la mémoire.
Souvent nous retrouvons l’instant, enfoui, secret,
Qui nous rend l’émotion de la petite enfance
Lorsque, au-delà des mots, le monde, sensations,

Bruissait en nous, volage. Au temps où nous n’avions
Pas acquis le langage, un goût, une fragrance,
Les sons et les couleurs, comme un ardent décret
S’imprimaient en nos âmes, vierges d’une histoire.

Formulé dès l’aurore en l’intime des lettres,
Racines du désir, bornes de nos dégoûts,
Une loi très ancienne, ainsi, guide nos pas.

Elle nous mène aux pages qu’on ne lisait pas,
Cet alphabet primal éveille nos bagouts,
Au soir, épelant les syllabes de nos êtres.

août 2006



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes