Partagez

C’était un « cône »
Avant d’être une icône
Quand son signal résonne
En appelant son « ex »
Apparaît le sillon
Là où on cherche « sion » !
Le « cône » est un « ex » sans aucune liaison.
Le « cône » se connecte avec « ex » et « sion »
Mais le sournois « cône »
Devenu une icône
Se transforme en conne
Sous tous ses aspects,
Avec tous mes respects.
Cette conne et son « ex », union contre nature,
S’installent à « sion » et entre eux murmurent,
Si on s’assemble à trois,
Cela créera un froid,
Dans la toile, tant que cela dure !
Voulant être ailleurs, tout en restant chez soi,
Sans être à découvert, survoler tous les toits,
On découvre des amis que l’on ne connaît point,
L’écran est bien là mais l’auditeur est loin !
Cette « conne » en « ex » qui trace son « sion »,
Cet « ex » et ce « sion » qui se lient à « cône »
Méritent réflexion
Quand la ligne n’est pas bonne,
Parfois l’écran est là mais la ligne est absente,
Et l’écran présente une image indécente,
Ces trois mots se marient et forment une belle entente
Et la connexion se facture sur le compte.
Ô Combien de marins … Pardon… d’unités,
Disparaissent ainsi, en toute impunité !
Victor l’avait bien dit : la mer est une toile
Dans l’attente du retour, on contemple les étoiles.
Les amis virtuels ne sont plus inconnus,
On contemple l’écran, coupure survenue,
Quant au crédit payé, auquel tous sont tenus,
La triste connexion devient bien menue.
Et l’on se connecte
A Internet
En payant le crédit
Qui file et se dédit.
Quant à toi, chère Judy,
Tu viens de dire et j’ai … dit !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 6 votes