Partagez

Sa peau est sculptée par le temps,
Aucune de ses rides ne lui ment,
Elle a si mal de le savoir souffrant,
Qu’elle en oublie ses propres tourments.

Chaque seconde lui devient précieuse,
Le chemin de sa mémoire laborieuse,
La guide vers une patience peu glorieuse,
Elle le regarde, lui sourit, elle est heureuse.

Avec sa canne, il peine à marcher vers elle,
Il la voit à peine mais la sait toujours belle,
Il se souvient d’avoir dansé la ritournelle,
Il se souvient de la cueillette des mirabelles.

Ils attendent tous les deux,  comme des vieux,
Que le temps les emporte loin dans les cieux,
Ils sont là, main dans la main, heureux,
Ils ont tant aimé la vie qu’ils en restent joyeux.

Les vieux sont heureux avec leurs yeux d’enfant

LES VIEUX © Copyright 2016 Sylvie Badi



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 15 votes