Partagez

Ils ne ratent pas l’occasion
Toujours aux aguets et veillent
Sans aucune hésitation
Tirent le vin de vos treilles.

Ils n’attendent pas leur tour
Aiment bien vous passer devant
Tendent si fort leurs esgourdes
Se mêlent, épient constamment.

Ils profitent des cigales
Et sont pires que les fourmis
Ils ne crèvent jamais la dalle
Encombrent leur panier garni.

Ces pauvres idiots sont très forts
S’y prennent parfois la veille
Ils croient même que l’on s’endort
Quand ils pleurent sur leur paye.

Ces pauvres là, à l’occasion
Sans foi ni loi pour tous les gens
Ne font aucunes distinctions
Nantis, honnêtes, même indigents.

Ces pauvres là, sont si pauvres
Qu’ils ne sont pas intelligents
Ces pauvres là, sont si pauvres
Qu’ils ne possèdent que de l’argent.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes