Partagez

Les yeux vert-de-grisés
Par d’inconcevables devis
A deux écoulés ils restent là-bas
Au gré des plis du drap
Émus encore par l’exil d’un instant
L’un et l’autre
Ils ignorent tout de l’invisible discrétion de parfums partagés
Où de plus forts silences font mine de se ponctuer
Jeté au pied du lit
Dans le sillon du grand navire qu’est ce mobilier de bois verni
Parmi les éclats finissant d’une nuit
Peu à peu s’évente le souvenir
Que le temps a fait d’un risible désir

[août 1989, décembre 2013]



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes