Partagez

« Vivre aujourd’hui dans n’importe qu’elle partie du monde et être contre l’égalité pour des motifs de race ou de couleur, c’est comme vivre en Alaska et être contre la neige. »
William Faulkner.

Je suis l’étranger
Qui entre sans frapper
Je sais, personne ne m’a invité
Je ne suis pas de la famille
Et même pas du quartier
Si je suis venu
C’est parce que j’ai vu
Un frigo allumé

J’aimerais bien parler avec quelqu’un
Mais les gens qui me croisent évitent mon regard
Et c’est plus dur que d’avoir faim

Si j’avais un toit
J’inviterais mes voisins
Je me ferais des copains
On échangerait des idées

Mais je n’ai pas les bons papiers
Peut-être que je suis né trop loin

Et pourtant mon pays était un bon client
Qui vous a acheté tout un tas d’armements
Sophistiqués

J’aimerai vous dire que la guerre
Rend les survivants pacifistes
Mais par malheur vos forces de police
Cognent aussi sur ceux qui marchent pour la paix

Il paraît évident que je n’aurais pas dû venir
Comme si l’on choisissait quand on fuit droit devant
C’est vrai que si j’avais pu j’aurais été autre part
Mais aujourd’hui je sais que c’est partout pareil

Le business est sacré et l’humain secondaire
L’individu se résume à la fonction qu’il remplit
On est bien vu si l’on est millionnaire
Et la LIBERTÉ passe par une carte de crédit

Même des réfugiés on fait commerce !
Tant par personne pour les accepter
Mais à condition qu’ils fuient la guerre
Si c’est la famine, ou la pauvreté
On les refoule à la frontière
C’est la nouvelle ÉGALITÉ

Ah mes amis, vous vivez dans la peur
Que l’on vous quitte ce que vous avez déjà perdu :
L’intelligence de regarder l’autre comme son égal
Pour défendre ensemble les valeurs de la FRATERNITÉ

Je suis l’étranger
Qui entre sans frapper
Je sais, personne ne m’a invité
Je ne suis pas de la famille
Et même pas du quartier
Si je suis venu
C’est parce que j’ai vu
Un frigo allumé

Jean Defrancisco 2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.37 sur 8 votes