Partagez

Les regards tendus vers l’horizon
Combien espéré est ce moment !
Le soleil et l’onde sont prêts
Pour l’étreinte éternelle !
Les lèvres, en étincelles, lèchent
La peau de l’onde toute fraiche !
Les amants qui brûlent sur la tour,
Se laissent effleurer les contours !
L’astre, soupirant de désir, se fond
Dans l’onde douce et voluptueuse !
Le soir plonge dans un silence infini !
En bas, les larmes blanches,
Lavent les chagrins du rocher,
Dans un va-et-vient immuable !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.87 sur 8 votes