Partagez

– L’éVEIL –

.

Avant que tu ne partes dans l’inconscient de ton sommeil

Je pense à ce futur conscient et sur toi je veille

Hier quand tu t’es endormie fut insoutenable

Même si nous nous retrouverons l’absence est palpable

.

T’endormir, je ne puis te laisser

Partir, sans un baiser te déposer

Une dernière fois tes yeux apercevoir

Avant que ton âme ne tombe dans le noir

.

Juste ta silhouette, par la lune, éclairée

Et je laisse s’évanouir ma garde

Elle qui pourtant n’était pas très habitée

A tes côtés je m’endors, sans parade

.

Dans nos rêves entremêlés, je te rejoins

Là où chaque nuit, avec joie, nous nous retrouvons

Avant que la clarté du jour n’arrive ce matin

Tes mains j’étreins, t’éveiller je regarde avec passion

.

Lorenzo De Santis

06/IX/2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes