Partagez

A l’heure où le silence se fait nuit,
A l’heure où chacun se couche en son lit,
A l’heure où la blonde lune rougit,
C’est l’heure où s’éteignent toutes bougies.

A l’heure où baille Dame Nature,
A l’heure où bataille sans armure,
A l’heure où libre champ en pâture,
C’est l’heure où l’on court sans parure.

A l’heure où le doigt sur la bouche, « chut ! »,
A l’heure où paupières sur les yeux chutent,
A l’heure où marchand de sable scrute,
C’est l’heure où tombe sommeil abrupte.

A l’heure où les doux s’aimant doucement,
A l’heure où les fous rêvant sommeillant,
A l’heure où les loups d’antan chez l’enfant,
C’est l’heure où le tout s’étend sous-entend.

A l’heure où les heures se passent sans heurts,
A l’heure où les cœurs rêvassent sans peurs,
A l’heure où les leurres trépassent en pleurs,
C’est l’heure où je t’embrasse ma « Douceur ! ».

copyright@PGL Pierre-Gilles Léger 12.03.2015



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
2.95 sur 38 votes