Partagez

Comment ne pas déchirer sa voix de colère
en assistant, de jour en jour,
à l’avilissement et à l’épuisement
de cette engeance qui a perdu la raison de vivre
et qui a gagné la passion de mourir.
Je suis dans l’effroi de constater que l’homme,
malgré ses images qui creusent ses prunelles,
ses sons qui perforent ses tympans,
ses relations modernes,
n’est en réalité qu’un homme vide.
Vide…
Dépouillé et soutenu par une âme
désertique, remplie d’hallucinations.
Chez lui, tout est mirage,
même son ombre.
Excepté toutefois son génie.
L’homme est génial au point de se rendre bête…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes