Partagez

« L’homme torturé »

Assis dans l’ombre, à la lueur de nos mensonges,
J’aperçois l’étincelle de son iris.
J’approche ma main sur son visage d’ange, lui caressant cette peau de soie.
J’ai tatoué son nom sur ma chair de peur de l’oublier, oublier nos souvenirs.
J’ai tatoué son âme sur ma chair glacée, pour qu’elle me réchauffe,
D’amour arraché, trop lourd, je suis brisé.
L’odeur de sa peau me fait défaut.
Je rêve de nos corps s’entrechoquant, s’entremelant.
Entre ses cuisses j’y trouvais réconfort.
Sans elle je ne suis plus rien, je l’ai perdu à cause de cette latence…
Mon ange, je deviens démon enfermer dans mon enfer que je me suis créé .
Je suis le seul fautif.
Mon être brûle dans les flammes du Géhenne.
J’ai tout gâché et je paye le prix, le prix de la douleur le prix de ne plus la toucher.
Mon esprit est pris dans un tourbillon d’espoir, de fantasme, tout n’est que chimères.
Du bout de mes doigts, j’effleure sa longue chevelure, du bout de mes doigts, je touche ses lèvres humides. Mais tout n’est qu’illusion.
Mon reflet sur le miroir se dédouble, se multiplie, je deviens fou !
REVIENS-MOI !
Je ne suis qu’un con , un homme…
C’est de ma faute si on est plus rien l’un pour l’autre
Tu voulais construire nos murs, d’un coup de masse, j’ai tout détruit…
Tu voulais desserrer ces liens qui me lacéraient les poignets, je t’en ai empêché…
Pardonne-moi !
Tu m’as tout donné, j’ai fuit comme un lâche
Donne moi ta rédemption.
Je veux ton amour, mon amour



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.75 sur 4 votes