Partagez

La liberté est comme un sacerdoce
Elle craint tant l’emprise des jougs atroces
Elle est amour, elle est paix qu’elle flirte
Elle abhorre la haine qui la heurte
Elle chérit l’amitié et la sublime
Son essence, même, est magnanime
Elle est sincérité sans nul détour
Incomprise, elle devient désamour
Tel un électron libre, elle se meut
Entre les amours qu’elle promeut
En aucun cas, elle ne cherche à nuire
Aux cœurs qui n’ont pas cessé de l’éblouir
Mais elle n’aime pas être enjôlée
Ses amours doivent en être consolées
Car la Liberté côtoie Cupidon
Elle aime Tellus et Poséidon



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes