Partagez

– LIMBES –

.

De retour dans cette moiteur

Où j’entre avec lenteur

Mais travaille comme un forcené

Attaché par les pieds

.

Ce lieu rempli d’esclaves

Où tous en bavent

A l’arrière un pitbull surveille

A bicyclette il se déplace

.

Là où il n’y a point de soleil

Mais une chaleur à la place

Enfer étouffant

Enfer malodorant

.

Où le bruit domine

Ce capharnaüm d’épines

Tiens, j’entrevois une lueur

Certainement celle du bonheur

.

Lorenzo De Santis

25/VIII/2011



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes