Partagez

Comme une princesse des nues,
Je volerais très haut…
Comme ces lumières nues
Qui me berceraient au
Bercail de mes longues nuits ;
De cet astre nature,
D’où, le rayon bénit luit…
Je laverais l’impure !
Pour, comme une sainte vierge,
Au blanc ange mécène
Et mon cœur comme une berge,
Volerais à perdre haleine,
Dans ma course avec la rose,
Que couve ta main pleine !
Et laisse mon cœur morose…
Toi, l’inconnu… ma veine !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 13 votes