Partagez

Je me suis sentie
Ivre,
Je me suis sentie
Tomber brutalement,

L’esprit nu gisant au creux
Du néant, sans cesse retourné
Par les battements affreux
D’ailes de papillons paniqués,

L’invisible est venu
Accompagné de ses charmes,
La visite impromptue
Du silence et du vacarme.

Je me suis sentie
Ivre,
Je me suis sentie
Tomber brutalement,

Dans ce cratère sans fin,
Où l’âme embrasse les étoiles,
Un tendre baiser, vilain,
Où elles font tomber les voiles,

L’invisible a souri
Pour immerger ses émotions,
Cet ange noir, surpris,
D’une telle fascination.

Je me suis sentie
Vivre,
Je me suis sentie
Être, être vraiment !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 2 votes