Partagez

Papier jauni, papier glacé, cartonnés, écornés. Ils sont là, serrés les uns contre les autres, comme s’ils voulaient, chacun, garder jalousement leur histoire. Eux, ce sont les livres de ma bibliothèque. Je les ai déjà tous lus, ou presque. Maintenant je les regarde, et un a un ils me renvoient à un souvenir, une librairie, un kiosque, un vieux grenier, un avion, un train, une plage, une terrasse, une école, un collègue, une amie… Bref, ils m’aident à remonter le temps. Un jour, je tombe sur mon propre roman, dans les rayons d’une librairie. J’ai compris qu’il ne m’appartenait plus. Il allait vivre sa vie. Je lui souhaitai un beau et long voyage. Puis il me reviendrait, me parlerait tout bas de ce qu’il a vu là-bas, des gens qu’il a croisés, garderait quelques secrets. Il se ferait une petite place dans ma bibliothèque, et attendrait le temps qu’il faut pour raconter tout cela à nos petits-enfants. Les livres, eux, ne meurent pas.

Marie-France Lemains Yondo- Décembre 2016



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.83 sur 6 votes