Partagez

Les soleil qui tout endroit visite
Oeil vehémente envahissante omniprésente
Dans les sculptés comme dans nos parcelles animées
Sans elle nul ombre mais pénombre
Et pourtant sous l’arbre
Et d’autant que de nos fins sombres
Nous vivons sous ombres nos abris
Nous visant l’ombre à vis
Dés lors que vaut un désert sans lac sans palmier et son ombre cuit.



Veuillez noter :

Envoi...
Aucun vote pour l'instant