Partagez

Je n’ai jamais vu et je ne verrai jamais
La petite orchidée brillante de ses cheveux,
Je n’ai jamais vu et je ne verrai jamais
La petite lumière brillant dans ses yeux…
Jamais je ne verrai les larmes ruisselant de son visage
Je n’ai jamais vu cette petite statue sage comme une image…

L’orchidée, au parfum doux et sucré,
Sembla briller de mille feux au milieu de sa chevelure;
L’orchidée, si douce au toucher,
Une poupée perdue dans l’ébène brillant
De la chevelure d’une fillette au regard ruisselant.

Rose et vive est la petite orchidée,
Figée dans un portrait contre le mur,
Dans son coeur court comme une déchirure,
La fillette aux perles dans les yeux,
Dont une tomba au bord du tableau,
Puis se jeta à terre…
Comme un jour éphémère.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 3 votes