Partagez

L’amour vient au monde au cri du renouveau,

Offrant aux cœurs mêlés un bonheur sans égal,

Une once de tes larmes vient fleurir ce régal,

Insufflant à la vie son mouvement dévot.


Sans toi rien n’est plus noble, mon fils aux yeux du ciel,

Amant des joies furtives, prince des pleurs frivoles !

Ravissant sentiments au pied de leur envol,

Tu délestes mon pas des peines artificielles.


Hors de ton doux berceau, ton don se fait fragile,

Un ange qui sans ailes volera dans un an.

Respirant la tendresse de ton air innocent, 

Je caresse chaque nuit ton visage immobile.  


Unissons nos désirs dans un chant embaumant, 

Humons le vent des dieux dans une chanson amène. 

Ensemble nous célébrons au jour de ton baptême,

Le rêve mystérieux qui te porte en dormant.


© Spleen – Stéphane Meuret – Tous droits réservés – 2 Avril 2018


Ce poème t’a plu ? Vote 5* et fais-le moi savoir par un commentaire, bien à toi lecteur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.96 sur 689 votes