Partagez

À l’ombre de la nuit
Tu te faufiles discrète
En nos âmes secrètes…

Opale luminaire,
Mère immortelle…
Tu décores l’éther…
Bijou de notre ciel,
Où s’orne l’Éternel…

Tantôt alitée, en croissant, innocente,
Ou tendue, verticale, comme un arc d’espoir…
Posée sur l’océan, comme une perle noire,
Ronde comme une mère prégnante…

Peu de gens dans la ville
Suivent ta course tranquille…
Ils se sont laissés séduire par Séléné,
Neith l’Égyptienne ou bien Morphée…

Tes courses dans l’espace
Brillent de lumières fugaces…
Nous connaissons tes forts liens
D’amitiés à nos fiers marins,
Et aux amis de nos jardins…

Du sein de nos montagnes
Aux flancs souvent très vides
Tu t’imprègnes des fluides,
Délivrés par notre bel géoïde…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.8 sur 5 votes