Partagez

j’ai ouvert grand la porte
un sourire sur la face
c’est l’amour qui me porte
j’en écris la préface

mon cœur sur plateau d’argent
se posant en offrande
ne veut guère être dérangeant
mais peaufine sa demande

j’ai laissé grand mon âme
pour y accueillir les pleurs
Comme ce serait infâme
de laisser vivre le malheur

j’ai ouvert tous les volets
pour laisser entrer la paix
Ici aucun feu follet
juste l’amour qui s’y repaît

j’aime d’amour véritable
même si c’est inutile
Je me sens misérable
dans mon cœur qui rutile

Même si c’est à sens unique
j’en ai bien assez pour deux
et pour moi honorifique
car enfin bénie des cieux

Sentiment à fond perdu
j’ai compris à cet instant
que j’étais éperdue
d’un si beau rêve latent

En désir inavoué
je vais marcher ardemment
mais souvent me retourner
pour y guetter mon aimant

en brassées de tendresse
j’aimerais raviver le feu
qui dans le loin paresse
protégé par un pare-feu

Armée d’une belle patience
je ferai taire l’adage
j’y mettrai toute ma science
avec armes et bagages

A aimer assurément
je le ferai à vie
A aimer passionnément
pour le reste de ma vie



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.5 sur 6 votes