Partagez

Ma mystérieuse mémé Joséphine

Mémé Joséphine pour moi
Était toujours une princesse
Mais passait pour une pauvresse
Pour les villageois de Charmoy

à son occultisme Ils croyaient,
Et sûrs de leur bon jugement
Ils tenaient à cet argument
Que ma mémé les envoûtait

Ils se signaient sur son passage,
Mais elle d’eux en s’en fichant
Allait cueillir à travers champ
Les tisanes pour le village

Car ils venaient dans la nuit noire
Tous ces gens bien superstitieux
Pour que Fine redonne aux vieux
Un vrai désir sans vexatoire.

Ils déposaient en repartant
Sur la table : œufs, vin et poulets
Mais avaient peur d’être jouets
Que Mémé livrait à satan.

Mémé tu surprends bien ton monde
Moi je t’ai connu en prière
Pour guérir l’indigent erre
Sans ménager une seconde.

Nulle plaidoirie jadis
Ne sortit enfin de ta bouche,
Ton exemple encore me touche
Tant est Intact ce que tu dis.

Je vis cet accompagnement
Le long de mes tendres années
Pour compléter dans mes idées
Que tu me vois du firmament.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.85 sur 13 votes