Partagez

Méditations des temps qui passent

Ma vie

Il était une fois, un poète visionnaire. Il ne pouvait s’empêcher de réfléchir à la vie, à l’univers et à l’être qu’il était. Il se posait beaucoup de questions. Il ne pouvait trouver toutes les réponses à ses interrogations. Dans sa solitude, il passait beaucoup de temps à méditer. Il résolut qu’il fallait effectuer un long périple au fond de lui-même. Peut-être, aurait-il la chance de rencontrer quelques réponses qui réconforteraient sa profonde curiosité et apaiser sa soif de savoir, si on puit dire.
Ainsi, commençait chez lui ce voyage d’exploration de son monde intérieur. La rencontre des mystères de l’existence, les secrets enfouis au fond de son âme. Des moments lourds d’angoisse, des instants de réflexion profonde et douloureuse parfois. Mais, très souvent l’extase de la communion avec soi et avec Dieu. Une sorte de bonheur spirituel et sentimental.
Et si c’était ainsi une certaine fatalité !
Ma vie privée n’avait aucun sens ou peu pour autrui, pour le large public. Ce n’est pas que je suis une personne ordinaire. Je ne suis, ni bas, ni anonyme, ni même V.I.P. !
Un être, tout simplement, vivant mon temps, me donnant le plaisir d’apporter un réconfort à la personne qui en manque. En revanche, ne rendant compte à personne. De ce que je suis, de ce que je pense, de ce que je fais, de ce que je suis en train de vivre.
Libre, indépendant.
Dans les bonnes règles des convenances et le respect de la bienséance.
Les valeurs humaines universelles sont bien mon crédo.
Humaniste, je l’ai toujours été, je continue à l’être.
Romantique, je l’ai toujours été, je le suis encore et encore .
Altruiste, je l’ai toujours été, parfois, jusqu’à la niaiserie. Je le suis encore.
Cartésien, jusqu’aux limites du raisonnable.
Sentimental, jusqu’aux larmes, dans l’amour et l’adoration.
J’aime vivre. J’aime la vie. Avec ses bons et ses mauvais côtés.

Plus, j’avance dans l’âge, plus, j’aime le temps présent et je m’accorde l’attachement en l’espoir dans l’avenir, avec ses mystères et ses secrets. J’adore l’insolite. J’en éprouve de fortes sensations d’un bonheur bien particulier. Le bonheur de toute découverte m’épate, m’étonne, me saisit, me fascine et j’en veux plus encore.
Oui, j’apprends avec véhémence. Je continue toujours d’apprendre. Avouant par là même ma totale ignorance de beaucoup de choses. J’avoue aussi ma naïveté qui me suit partout. Mais, avec un grand coeur, plus grand que ma taille. J’ai l’esprit intellectuel, mais dans la modestie.
Je hais l’orgueil et la vanité, l’ignorance et l’analphabétisme, la pauvreté et l’inconscience. Le manque du bon sens, la mauvaise éducation, le dénigrement des bonnes valeurs humaines. L’absence de toute morale, de toute éthique.Mon ennemie est l’hypocrisie et son sarcasme.
Le Bien est mon grand défi face au Mal.
Les voies de la Sagesse sont longues et difficiles.
À 64 ans, ai-je bien vécu ?
Je ne peux ni le bien affirmer, ni le bien confirmer.
Ai-je compris où j’allais ?
Je le crois fermement.
Je continue mon chemin, dans la sérénité de mon âme, dans la paisibilité de mon esprit, dans la certitude de mes convictions, dans l’attachement à ma foi en un seul et unique Dieu.

Abdelmalek Aghzaf, Le Café de Paris, la Casia, Capo Negro le 13/10/2016®©



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 4 votes