Partagez

Maladie ennemie…

Plus que les petits soucis
Que cette épreuve de vie
Quand la vie ose et écrit
T’impose une lutte infinie…

Elle immisce ce mal odieux
Insidieux lâche et douloureux
Tentant de détruire peu à peu
Le corps et l’esprit, monstrueux…

Quand le sang est infecté
Quand le corps est rongé
Que résiste la seule volonté
De terrasser, vivre et gagner…

Encore souffrir et encore subir
Le temps passe, envie de s’enfuir
De peur, trop souvent tressaillir
Mais cependant désirer sourire…

Jamais, jamais lui laisser le droit
Ne pas baisser les bras, garder la foi
Refuser d’être sage et docile proie
La vie est là, difficile, mais en soi…

Un coup du sort que la maladie
Qui s’incruste, s’impose, irradie
Même dans une terrible survie
Il faut l’anéantir, tuer l’ennemie…

Un fléau que cette saleté de cancer
Ce mot, ces maux qu’on veut taire
Il vocifère, il faut l’envoyer en enfer
Encore refuser de rester son repère…

Avec ténacité et sans renoncement
Se battre, se débattre, acharnement
A corps et à cris, pas désespérément
Vainqueur il faut sortir absolument…

Il laissera des traces et des blessures
Souvent profondes et qui perdurent
Se défendre en regardant vers le futur
Garder la lumière et rejeter l’obscur…

La guerre est déclarée, habitude
De bataille en bataille, inquiétude
Vaille que vaille, un combat rude
Force de gagner, de vouloir, certitude…

Pascale Mège-Monier
Illustration photo internet



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 13 votes