Partagez

Le 10 Décembre 2014, elle recevait à Oslo le Prix Nobel de la Paix, pour son combat et son courage.

Elle allait à l’école
Comme on va en mariage,
Se voulait toujours belle,
Comme la jeune épousée
Aux marches de l’autel.

Enroulait ses cheveux,
Y piquait une fleur.
Elle portait aux poignets,
Au henné dessinés,
De jolis bracelets.

Quand le soir est tombé,
Le couteau s’est levé.
Malala était là, tel un oiseau blessé,
La fleur à ses côtés, lâchement piétinée.
Pour un crayon, pour un cahier.

L’hirondelle, au matin,
Bien loin s’est envolée,
Pour d’autres ciels, plus éclairés.
Elle avait ouvert la cage
Où on avait voulu l’enfermer.

Ni les tapis rouges déployés,
Ni les couronnes de lauriers,
Ne lui feront oublier
Qu’il n’est jamais vain le combat,
Pour un crayon, pour un cahier.

Pour que demain, la fleur aux dents,
Les petites filles, fussent-elles voilées,
Aillent à l’école sans se cacher.
Pour que des hirondelles, par milliers,
Fassent à leur tour le printemps…

Marie-France Lemains Yondo – Extrait du recueil « Rue de la Poésie »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes