Maman

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Aujourd’hui tu es née, toi qui me mis au monde,
A l’âge du repos, affrontant la douleur,
Me berças ces années d’un héroïque labeur,
Chahutant de ta main ma chevelure blonde.

Je pensais pour toujours posséder ta caresse,
Mais, surpris dans mon songe, je me lève orphelin,
Le printemps t’a cueillie en son vibrant jardin,
De toutes fleurs écloses, il faucha une princesse.

Ton regard espiègle nourrissait ton aura,
Eclairant les yeux des belles âmes qui t’aimaient.
Dans mon cœur repose ce paisible bienfait,
Sous les cieux, éternels, ton souvenir luira.

Stéphane Meuret,
5 Février 2018, Copyright


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 3 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

2 commentaires

  1. Bonsoir Stephane,
    Quel sublime poème ! Un magnifique texte pour honorer la mémoire de ta regrettée mère.
    Chez nous il y a un proverbe qui dit  » si tu as perdu ton père, tu n’es pas orphelin. Mais si tu perds ta mère, certainement que tu es devenu orphelin.
    La mère irremplaçable par sa tendresse sa douceur la lumière de son sourire.
    Bravo pour cet hommage rendu 5*
    Bonne soirée
    amitiés
    sadek

  2. Bonjour ami Sadek,

    Merci une fois de plus de m’accorder ces mots bienveillants. Ce proverbe est tellement. Je l’ai perdue il y a tout juste un an dans un evenement soudain et elle est desormais dans mes tristesses et mes joies. « La mère irremplaçable par sa tendresse sa douceur la lumière de son sourire. » Ô Combien.

    Continues-tu a ecrire que je puisse te lire 🙂

    Tres belle journee,
    Amities,
    Stephane

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: