Partagez

Marie-Jeanne
Nous étions cinq dans la chambre
Entre peur et excitation
Et entre nous rodait son ombre
Juste une histoire de convention
Juste histoire de passer un cap
Et de ne pas mourir idiot
Je me disais « faut pas qu’tu t’frappes »
C’est juste un fou rire à gogo »
Et Gabriel faisait l’mélange
En louchant sous ses cheveux d’ange
Marie-jeanne était parfumée
Demandait qu’à être allumée
Et entre nos doigts s’embrasée
Je me disais faut pas qu’tu t’frappes
C’est juste un fou rire à gogo
Juste « un trip » pour faire décoller
Ce n’est pas plus grave qu’un verre dans l’nez
Et toute la nuit a glissé
Sur nos histoires nos rigolages
C’était nos vies qu’on s’racontait
On en riait comme des malades
A l’aube les garçons sont partis
Chantal et moi on a dormi
Je me souviens que je suivais
Un Orphée blanc dans les enfers
Et son aura d’or m’envoutait
J’ai eu des rêves baignés de lumière
Puis ce fut la lente retombée
Comme une feuille au vent d’été
Et j’ai passé toute la journée
A écouter des chants d’oiseaux
A comprendre leurs appels nouveaux
Je fis de la musique le soir
Mystique comme celle des noirs
Je me disais c’est une expérience
Quelque chose à part, une chance
Pour voir plus loin que les apparences…
J’ai compris à l’aube le mystère
De la sublime Marie-Jeanne
Mais j’ai compris dans quelle galère
Certains pouvaient perdre leur âme

Car, si moi j’ai su m’arrêter
Dire : non ça va j’ai essayé »
Mes copains dès le lendemain
Ont poursuivi ce dur chemin
Je me souviens Alain disait :
« Ceux qui en viennent à l’héroïne
Ont déjà un pied dans la tombe
C’est le ticket pour l’autre monde
Et je regardais ma copine
Devenir « accro » du LSD
Certains prenaient de la morphine
Comme j’aurais pris de l’aspirine
Plus rien ne leur faisait d’effet
Aujourd’hui le temps a passé
Je ne sais ce qu’ils sont devenus…

Entre peur et excitation
On ne veut jamais mourir idiot
J’ai subit d’autres tentations
Et je peux dire que j’ai vécu
J’ai pleuré et ri à gogo
Mais je ne pourrais pas oublier
Les yeux « défoncés » des copains
Les instants où tremblaient leurs mains
Et cette peur d’aller trop loin
Sans pourtant savoir s’arrêter
Leurs superbes projets « nickel »
Qu’ils ont pu mettre à la poubelle
Entre les doses à acheter
Et le souci de se cacher
Pour sauvegarder sa liberté…

A vous enfants et jeunes adultes
Je voudrais vous dire aujourd’hui
Quelques soient vos désirs vos cultes
Ne vous laisser pas embrasser
Par la sublime Marie-Jeanne
Ce n’est qu’une héroïne infâme.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4 sur 1 votes