Partagez

C’est une ombre de la nuit qu’éclairent les projecteurs du cinéma urbain,
Une Maryline ou une Lolita sur un bout d’asphalte, qui fait le tapin.

Elle vient de Roumanie ou de Bulgarie, enfin je sais pas bien.
Elle connaît deux ou trois mots de Français, les plus courants : salut, c’est combien ?
Trente euros la pipe, cinquante l’amour, là-bas au parking.
Les petits yeux porcins matent sa poitrine, s’éberluent sur son string.
C’est d’accord, mais sans préservatif…Quoi ?…Without condom.
Elle dit non à ce gnome qui se prend pour un homme.

C’est une ombre de la nuit qu’éclairent les projecteurs du cinéma
urbain,
Une Maryline ou une Lolita sur un bout d’asphalte, qui fait le tapin.

Elle est là toutes les nuits, pour elle, y a jamais de dimanche.
On choisit pas son ghetto ; pour en sortir, elle s’endimanche.
Par tous les temps, le temps passe ; de moins en moins de passes.
Et sa famille qui tire le diable par la queue, et les macs qui menacent.

Elle vient de Roumanie ou de Bulgarie, enfin je sais pas bien.
La faim justifie ses moyens. Les billets nourrissent son appétit du gain.

Dans son sac à main, ses clopes, son portable et la photo de son gamin.
Pour lui, elle est sa Madone. Un coup de frein ; elle redevient putain.

Les petits yeux porcins matent sa poitrine, s’éberluent sur son string.
Cinquante euros ? Monte, chérie, je t’emmène au parking.

C’est une ombre de la nuit qu’éclairent les projecteurs du cinéma urbain,
Une Maryline ou une Lolita sur un bout d’asphalte, qui fait le tapin.

Le trottoir est soudain étrangement désert. Je reste seul dans son coin.
Elle est au turbin avec ce groin. Elle m’a laissé son parfum. Je serai là demain.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.87 sur 23 votes