Partagez

POÈME : MAUDIT MAUVAIS CHOIX.

Debout, devant ses pensées
Qui sont là, comme des jurés
Aux assises de son procès,
Une femme murée.

Murée dans son silence prononcé,
Elle pleure à chaudes larmes.
Elle s’arrête un peu puis va recommencer
Son délire qui l’enflamme.

Elle soupire d’un soupir assourdissant,
La tête baissée,
Pour ne pas voir ce démon oppressant
Qui la secoue, blessée.

Elle frisonne d’un frisson puissant,
Les yeux larmoyants et rougis,
Car elle a ce mal incessant
Qui la pince et la détruit..

Elle regrette, dans l’écho de sa voix
D’avoir fait basculer sa vie,
En prenant ce maudit choix,
Qui lui vaut le mépris.

Et, elle a mal, tellement mal
D’avoir si mal agi.
Elle suffoque et râle,
Sans miracle et sans magie.

Et, devant la plaidoirie de sa conscience,
Elle se condamne, tremblante,
Pour sa soumission et son silence,
Sans conditions atténuantes.

La vie est un cadeau du ciel
Qui devient un jeu de hasard,
Dans les mains de ceux qui s’émerveillent
Devant chaque lumière et chaque écart.

La vie mérite d’être vécue
A sa juste valeur.
Que celui qui de son ivresse a bu
Reste vigilent et mesure toutes ses frayeurs.

Car la vie n’est pas qu’un ciel de lumière
Où toutes les étoiles dansent.
Elle est aussi un lot de galères
Et de mauvais choix qui nous offensent.

Aimons la vie, aimons ses clémences
Mais évitons les chemins d’errance
Qui cheminent vers un lac de pleurs
Et de remords qui procurent de froides sueurs.

Ouarda Baziz Cherifi (tous droits réservés)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.67 sur 3 votes