Partagez

Me voilà fils


M’essayant à te faire comprendre

À te dire ce qui est plus important

La vie tourne, comme cette roue

Elle t’emmène malgré toi, c’est tout


Tu tombes, tu pleures et tu remontes

Cette pente accentuée d’encombres !

Me voilà fils, le père pas tant rassuré

Celui qui garde tes nuits et tes pleurs


Jamais je ne m’en lasserai (je ne m’enlacerai) 

Les jours passent et des instants meurent ! 

Que veux-tu, je ne peux rien te promettre

Si ce n’est cet instant magique, ce début !


Regarde bien ce que je fais et sois Toi !

Mon exemple et confus, je semble roi

À tes yeux d’enfants, me voilà un Dieu

Les années passent,  tu le deviendras aussi


Les images s’effacent, la tienne est en moi

Que veux-tu que j’y fasse, c’est mon choix

La vie est ce vélo, ce premier qui te ravit !

Tu l’essaies, tu le convoites, tu l’acceptes


Au départ, c’est avec plusieurs options : 

Quatre ou un peu moins de possibilités 

Ces deux qui à l’arrière te permettront 

De prendre confiance en toi, oh mon enfant


Me voilà Fils, à l’arrière de mes souvenirs

Je te sais grandi, heureux d’être parent !

Pourtant à mes yeux, tu restes cet enfant

Ce bras fort qui m’aidera à comprendre


Quand viendra cet autre moment de vie 

Celui où je pourrai comprendre aussi 

Comme toi fils qui aura si bien mûri !

Et qui à son tour me donnera de l’avis 


Te voilà, mon Fils devenu père comblé !

Mesurant maintenant la hauteur de la vie

Nous pouvons maintenant jauger l’avenir

Comprendre ensemble qu’il nous faut agir


Regarde la ta petite car elle te fera frémir

Tantôt de joie et parfois de petites frayeurs

Te voilà devenu Roi, comblé de bonheur

Car celui-ci est maintenant à notre portée


N’aie pas peur de t’écorcher les genoux

Remonte à chaque fois sur la grand selle

Celle qui te prodiguera envie ou douleur

Comme moi, expérimente cette belle vie 


(thierry Titiyab malet) le 12 octobre 2018



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.86 sur 113 votes