Partagez

Il ne se passe pas une seule journée,
Sans que notre conscience ne soit azimutée :
Un incident ici, une rumeur par là,
La presse s’en saisit, en fait un tralala…

Un politique a dit… et c’est l’affaire du jour,
Une actrice se dévoile, et c’est le bruit qui court…
La bourse fait du yo-yo, le monde est aux abois ;
Puis la grève sévit, on reste au bord des voies…

Tripatouillage de caisse, émissions de factures,
Fausses et grossies, jugez la forfaiture !…
Et le scandale arrive, gonflé par les médias,
Quand tous les reporters, zooment sur les parias…

Voix de la communication, puissantes et délétères,
Qui s’élèvent, monstrueuses, et qui nous dès-altèrent…
Réjouissons-nous : un député s’est fourvoyé,
En mensonge grotesque par devant l’Assemblée !…

Ou bien, c’est ce président d’un parti bien en vue,
Qui a soudoyé des barons, à jamais corrompu…
Tout ça pour subvenir à la fastueuse campagne,
D’un chef à fêter sous des flots de champagne !…

En avons-nous assez de toutes ces turpitudes,
Que nenni ! Voici qu’on nous annonce cette étude :
La baisse dans les sondages, d’une haute réputation,
Celle du Président qui sombre, après ces libations…

Rassurez-vous bonnes gens, il tiendra ses promesses !
Comme celles du chômage à réduire à la baisse…
Lui, Président, y mettra bon ordre et, sans artifices,
Mieux que son prédécesseur, saura faire justice !…

Et toujours à l’affût de la moindre parole,
Les Médias trouvent la faille qui affaiblit le rôle…
Ternir, salir, spolier, mettre en exergue..
Ce deuxième pouvoir, hérisse ses vergues !…

Au grand mât, brocher la voilure,
Porter le coup fatal, freiner l’allure,
Déclencher un terrible ouragan…
Le fiel jaillit, sous la plume et le gant !…

Rien ne manque de ce qui impressionne :
Persécutions funestes, outrages sur personnes,
Guerres, accidents, attentats, incendies,
Revers de Dame Nature, soyons abasourdis !…

Apaisons les esprits et amusons les foules…
Retour du temps joyeux où chacun se défoule,
Devant son poste de télé, la cannette bien en main,
Suivre les matchs du Mondial avec les copains !

Oubliant alors, ces nouvelles insipides,
Ces relents de mensonges, ces vérités acides,
Le bon peuple ébahi, au fond du canapé,
A aucun commentaire, ne voudra échapper

Voici comment, de gestes en gesticulations,
On nous balade au fil des sur-informations
Commémorant hier, célébrant aujourd’hui,
Annonçant, dénonçant et surtout faisant du bruit…

A nous, moutons, d’un troupeau désormais repus,
Ivre de clameurs, saturés d’images et de ces « à buts » …
Nous reste-il une page où écrire quelques pans de vraie vie,
Faisant la part des « Une » entre sciences et avis ?…

Patrice Lucquiaud



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 11 votes