Partagez

Dans le silence de la nuit

Ton galbe paraît et caresse 

Au plus profond de ma paresse

Cet espoir vain qui me poursuit.

Les pensées et la nostalgie

Couvrent mon âme de chagrin

M’invoquent des sanglots sans fin

M’extirpent de la léthargie.

Séparation sans témoins

Vole de mes heures prochaines

Cette émotion née à peine

Et me laisse sans lendemain. 



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes