Partagez

Même si je n’ai jamais su quoi dire,
Même si c’est à peine si j’ai su réfléchir,
Même si je n’ai fait qu’écrire,
Je voudrais simplement te dire que
Même si je délire parfois,
Même si c’est vulgaire, t’en fais pas,
Il y a plein de choses sur Terre dont je ne t’ai pas parlé,
À moins que ça ait le tort de te saouler…

Sache que même si j’ai fait des erreurs,
Même si je t’ai fait fondre en pleurs,
Même si je t’ai brisé le coeur,
Crois-moi que j’en ai si peur…

Ça me fait mal, rien que d’y penser,
Ça me fait rage, car au fond,
Je sais que je ne l’ai pas fait exprès, mais, voyons,
Je n’ai rien demandé, moi,
De vivre ce cauchemar, et de le porter à bout de bras!
Comment oses-tu dire que c’est de ma faute?
Si c’est pour en donner l’importance la plus haute,
Alors, je n’en saurai rien,
Je vais me taire, et tout ira bien.

Même si tu ne veux pas me croire,
Même si c’est planté au fond de ma mémoire,
Même si je divague à force d’y croire,
Je ne dirai rien.
Même si j’étouffe,
Même, même si j’en bouffe,
Même si j’en ai pas le droit,
Je ne te le dirai pas.
Même si j’ai la peur au ventre,
Même si cela me tourmente,
Même si j’en deviens sourde,
Je ne ferai pas la gourde…

Même si j’ai peur de faire souffrir,
Même si je sais que j’vais en tressaillir,
Mais mon cœur s’essouffle, tu sais,
Ça peut paraître bête, mais je vis encore,
Je suis là pour soutenir ta peine,
Je suis là pour écraser ta haine,
Même si je suis parfois à l’extrême,
Sache pour autant… que je t’aime.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes