Partagez

J’ai compris (l’autre)

On ne naît pas mère ou père

On le devient au fil du temps

Le chemin est parfois rude

Mais aucun obstacle

 n’est insurmontable


Qu’être mère avant de venir sur terre

C’était de naître en toute sa splendeur

Telle la femme vêtue de ses sentiments

Tout comme toi, elle est femme absolument

Féminine, entière, amante avant d’être maman

Devrait-elle s’éteindre pour autant, se taire ?

N’a-t-elle plus droit au bonheur

Serait-elle devenue la chose que tu désires


J’ai aussi compris (c’est intrinsèque!)


Qu’être père, devenu bien trop amer !

C’était de se parfaire, pour le devenir

Un père chaleureux, serviable et aimant

Celui qui nous éviterait tant de douleurs

Une personne qui a perdu sa vraie valeur

Celle d’un être qui n’était fait que de chair


Chérubin déchu

Chair à canon

Chéri puis oublié

Chez l’autre vite happé !


Mais ils ont été forcés eux-mêmes

D’oubliés leur propre existence

Pour nous donner la leur

Pour devenir nos tuteurs ! 


J’ai compris que la vie n’était pas

Celle que l’on nous avait prédite 

Celle à laquelle on croyait

Celle faite de promesses


Les jours sur moi sont venus

Un après l’autre sans retenue

J’ai cru à un moment être le pas

Celui qui aiderait les autres 

À comprendre le sens de l’avis!

Mais ce n’était qu’une naïve idée

Une éphémère tentative d’être


Ce n’est pas toujours facile tout çà

Rien ne nous a été transmis à ce sujet

Si ce n’est ce que l’on a reçu soit même

Par conviction, ou par manque d’information

Naître mère, mon dieu, comme si cela était !

N’être père à jamais, faut-il en rire, je ne le sais 


Thierry Titiyab MALET (Le 17 janvier 2016)



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.88 sur 105 votes