Partagez

Ce se sont, sans doute, des paroles

Que je chéris aveuglément;

Comme un songe où les désirs drôles

S’expriment délibérément:


J’aimerais vivre au paradis

Où l’on ne mange plus de pomme;

Et prier Dieu tous les midis

Pour que je demeure bonhomme!


Je t’aimerais sans condition

Ô! Toi, la femme de mon rêve!

Te baiserais sans permission.

Satan demanderait la trêve.


J’aimerais voler dans les airs,

Planer comme fait L’hirondelle

Avant l’orage et ses éclairs.

Tout cela! pour t’avoir, ma belle!


J’aimerais bien toucher les lions

Sans avoir peur et sans les craindre,

Être entouré de papillons

Au moment juste de t’étreindre!


J’aimerais marcher dans la nuit,

Dans les forêts sans inquiétude.

Loin du chagrin, loin de l’ennui

Je chasserais ma solitude.


Je te mettrais à mes côtés,

Dormirais à la belle étoile.

Les astres que j’aurais comptés,

J’écrirais leur nom sur ton voile.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.98 sur 266 votes