Miroir

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Pinterest
Share On Reddit
Contact us

Mon âme jure à n’en plus finir
De vivre dans la mort de sa mémoire
Et mon coeur qui souffre le martyre
Dans les délices sordides de son manoir

Qui sont ces prisonniers silencieux ?
Sont-ils ceux de mon hasard pourrissant ?
Ou bien la chair de mon destin hideux?
Toujours limpide, toujours indifférent


Donnez votre note:
Veuillez vous connecter pour voter: Connexion Facebook  Connexion Email
Note du public :
5.00 sur 1 vote(s)


A découvrir aussi sur le web:

Laisser un commentaire

Pour laisser un commentaire vous devez être connecté: