Partagez

On développe des fixations seul dans son lit :
Pénis, oreilles, orteil, pouce. Moi ce fut le nez,
Canal congestionné que j’irrigue de mon doigt
Jusqu’au jour où on te dit sans ménagement de
Bien vouloir ôter ton doigt de dedans ton nez!
C’est dans la clandestinité que je pourrai jouir
De mon corps, mon seul véritable ami intime
Pour goûter aux fruits défendus par les adultes.
Cependant la culpabilité me poursuivra partout,
Jusqu’au tréfonds de ma conscience et, dégoûté,
Je décidai d’en finir avec les cachettes gênantes
Mais ce ne sera cependant pas sans une riposte.
J’utilisai l’arme privilégiée de tous les enfants
La plus sophistiquée : la guerre psychologique.
Un dimanche alors que nous étions tous attablés
Pour le déjeuner je crachai mon venin sans avertir:
«du creton c’est des crottes de nez agglutinées!»
Mes père, mère et sœur furent sidérés et le repas
Tournant au vinaigre et je fus exilé sans procès
Dans ma chambre pour une éternité à mes yeux.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3.7 sur 10 votes