Partagez

Non, je ne veux pas la guerre,
Ni être un rescapé,
Je ne créerai pas de misère,
Je veux la paix,
Je ne combattrai pas,
Pas histoire de patrie,
Ni même de fidélité,
Je ne veux voir des yeux d’enfant,
Alourdis de gouttes de larmes,
Hier récitait des chants,
Aujourd’hui a peur des armes,
Je ne veux voir une veuve qui crie son mari,
De l’avoir perdu histoire de pari,
Entre les maîtres du monde qui sourient,
Nous sommes tous des marionettes,
Dont les ficelles tirées par des malhonnêtes,
Nous ne sommes que des pions jouées dans les abysses,
Les joueurs cachés délicatement derrière les coulisses,
Je n’accepterai pas de causer à nouveau le tort,
Moi qui ai par la même cause des parents morts,
Je ne veux pas voir un dénudé courant,
Devant une dizaine de soldats qui pourront,
Tirer sans pitié ni piété,
Sur lui, qui,
Devenant un cadavre petit à petit,
Bouge ses lèvres et prie,
Pour qu’il soit le dernier décès de sa famille,
Je suis un soldat qui fait des morts,
Mais Je ne suis qu’un forçat de son sort,
Un protégé pour combien de temps?
Tôt ou tard, ils me jetteront,
Comme je n’ai jamais servi,
Parce que ce sont eux les asservis,
Suis-je un attardé? suis-je un seau?
Ou c’est parce qu’ils m’ont lavé le cerveau?
J’ai tout perdu, je n’ai rien gagné!
Je suis toujours soldat, et pourtant!
Il ne resterait pas dans ma vie beaucoup de temps, je sais,
Je suis un homme mort, quoique je fasse,
Toi qui lis cette lettre en chagrinant,
Je sais que tu es un soldat craignant,
La peur de tes commandants,
Je te demande d’aller aux présidents,
Coupe la lettre à cet endroit et passez leur ce message:
« Messieurs les présidents,
Je fus désormais un des anciens résidents,
Parce que j’ai refusé de continuer comme les précédents,
Ne passez pas ma mort pour un accident, ni pour un incident,
Attendez, ne brûlez pas la lettre,
Je veux juste vous dire d’être plus prudents,
Parce que karma retient les antécédents,
Votre pouvoir n’est que décadent,
Sauf si vous les délaissez et ne revenez pas dedans,
Je ne suis pas un dissident, ni un révolté coïncident,
Je n’était jusqu’à maintenant qu’un fou imprudent,
Et maintenant que vous avez lu ce qu’il y’a dedans,
Je veux que vous sachiez que je me suis tiré une balle dans le cerveau,
Une façon ou une autre de demander,
Au provident le pardon,
Si seulement vous pouvez sentir comment c’était ardent,
Je voulais juste ressentir le mal que j’ai causé à beaucoup d’innocents,
Comme on dit, œil pour œil, dent pour dent… »



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.33 sur 3 votes